Samedi 27 juillet, le Chef de travaux Marcel Kanku Ntalaja (Promo 26 de l’ISTI-IFASIC) a soutenu sa thèse de doctorat intitulée «Exposition à la communication pour la santé dans les quartiers populaires de Kinshasa».

Au terme d’une laborieuse interaction avec le jury présidé par le Professeur Emérite Yoka Lye Mudaba, celui-ci a été proclamé Docteur en Sciences et Techniques de l’Information, le vingt-unième de notre Alma mater. Mention obtenue : «La plus grande distinction».

Placée dans le cadre de la communication pour le changement de comportement, cette recherche est partie du constat qu’en dépit de l’objectif « Santé pour tous en l’an 2000 », l’accès aux soins de santé primaire en RDC n’est pas encore à la portée de tout le monde.

Il a relevé que, malgré l’existence, au sein du Ministère de la Santé Publique, du Programme National de Communication pour la Promotion de la Santé, toutes les maladies jadis éradiquées à l’époque coloniale ont refait surface, fragilisant ainsi la sécurité du système socio-sanitaire du pays.

Considérant la communication comme un remède efficace pouvant permettre à la population d’avoir suffisamment de connaissances sur le mode de transmission et de prévention contre les différentes pathologies, Marcel Kanku estime que la population doit apprendre à s’exposer à la communication pour la santé afin d’être assez outillée et lutter contre ces maladies.

Aussi est-il parti de la question de savoir quels sont les facteurs qui sous-tendent l’exposition à la communication pour la santé dans les quartiers populaires de Kinshasa.

Pour arriver à ses fins, le chercheur a dû emprunter la démarche inductive, avec comme ligne directrice, l’observation des faits à l’aide de la méthode ethnographique appuyée par une enquête qualitative.

Pour cela, il est allé observer les comportements des familles des fidèles de la Paroisse Cathédrale Notre Dame du Congo, habitant dans les quartiers Pakadjuma et Singa Mopepe, pendant les différentes journées de vaccination.

Au cours de cette recherche, Marcel Kanku a constaté que les modes d’exposition influent sur le résultat attendu d’un message qui porte sur la santé. Ainsi, les réceptions immédiate, récréative, collective et sélective conduisent le plus souvent à l’acceptation du message, tandis que les réceptions oblique et émotive aboutissent à l’acceptation ou au refus du message. Toutefois, dans le processus d’acception ou de refus, le récepteur peut passer par l’hésitation.

Le chercheur termine sa dissertation par des recommandations tant à la population qu’aux décideurs dans le domaine de la santé. Lire le résumé sous ce lien.