Attestation de reconnaissance attribuée à l’Ifasic pour sa contribution à la bonne marche de l’Union Congolaise des Femmes des Médias.

Ce message, on peut le lire sur le brevet que l’Ucofem a décerné, le dimanche 24 septembre 2017 en la salle La Perle de sainte Anne de Kinshasa, à la première école de journalisme de l’Afrique centrale cela, en marge de la célébration des vingt années d’existence de cette association.

Devant un parterre d’invités triés sur le volet, les professionnelles des médias entendaient ainsi saluer la qualité de la formation reçue à l’Ifasic ainsi que l’encadrement qui leur a permis de consolider l’organisation de leur association.

Cette célébration a été l’occasion, pour la Présidente du conseil d’administration de l’Ucofem, de faire le bilan des activités l’association. Elle a rappelé au passage que la genèse de cette organisation remonte au 17 septembre 1997. Il s’agissait d’une initiative émanant d’un groupe de sept jeunes femmes, essentiellement de la dix-huitième promotion de l’Ifasic, mues par la volonté d’offrir aux femmes journalistes un cadre de réflexion en vue d’améliorer leurs conditions de travail et de lutter contre les préjugés, stéréotypes et autres traitements discriminatoires.

Après vingt ans de mobilisation et de sensibilisation, a indiqué Clarisse Museme, bien de progrès ont été réalisés en termes d’image de la femme journaliste mais aussi en termes d’accès de celle-ci à des postes de responsabilité. Dans tous les cas, différents rapports produits par l’Ucofem montrent, chiffres et modèles à l’appui, combien les conditions et l’image de la femme des médias ont évolué. Cependant, a admis la Présidente, beaucoup reste encore à faire pour arriver à 50/50 comme recommandé par les différents instruments, déclarations et résolutions ratifiés par la RDC.

Ce travail de longue haleine a été appuyé par plusieurs partenaires, notamment l’Ifasic, le Ministère du Genre, les Ambassades et Missions diplomatiques et coopérations techniques, les agences du Système des Nations Unies, les associations de la société civile.

A ce jour, l’Ucofem compte plus de 400 membres disséminés à travers les différentes provinces de la République Démocratique du Congo et à l’extérieur, notamment en Belgique, en Grande Bretagne et aux USA.