Comme annoncé précédemment, le colloque ‘’Métiers de Communication, aujourd’hui et demain’’ a effectivement eu lieu du 31 mai au 03 Juin 2017, dans une co-organisation Ifasic – Anciens Isti-Ifasic.

Intervenant 44 ans après la création de l’Ifasic et 40 ans après le lancement des premiers diplômés, ce colloque a permis à notre Alma mater de marquer un temps d’arrêt pour évaluer son parcours.

Il s’agissait en fait, pour les anciens, de répondre au triple  questionnement suivant:

1) Qu’est-ce que notre Alma mater nous a offert qui ait été utile pour tous les métiers que nous avons exercé jusqu’ici ? 2) Outre la formation offerte par l’Alma mater, quelle est la part ajoutée par notre génie personnel et qui a facilité notre réussite professionnelle ? 3) Qu’est-ce que nous avons découvert chez les autres, pour notre profession, que nous n’avions jamais soupçonné?

Ce colloque s’est donc inscrit dans le cadre du nouveau courant de l’employabilité des étudiants en formation et de l’amélioration de la qualité de l’enseignement. Ce faisant, les participants à ce colloque ont contribué à la prochaine réforme du programme de l’Ifasic qui vise à mettre sur le marché de l’emploi des produits aguerris dans la mesure où la société s’attend à recevoir non seulement des experts en communication, mais aussi des gestionnaires des médias et des entrepreneurs à même de créer des entreprises dans le secteur de la communication.

Pour cela, six ateliers thématiques ont été organisés, à savoir: Presse écrite, Journalisme en ligne, Conseil en communication à l’interne et l’international, Patrons et économie des médias, Technologies nouvelles en Audiovisuel ainsi que Publicité médiatique.

Avant d’aller dans les ateliers, les participants ont été édifiés par l’exposé de M. Stéphane Kitutu Ole’ontwa, ancien PDG de la Radiotélévision nationale congolaise. Celui-ci a planché sur le thème : ‘’La télévision Zaïro-congolaise et la formation de ses professionnels : panorama historique’’.

Des échanges au niveau des ateliers, il faut retenir une évaluation sans complaisance des substrats académiques et du niveau des apprenants. Pour cela, quelques recommandations ont été faites, notamment :

  • Maintenir des rapports permanents entre la formation et la profession ;
  • Équiper le studio-école de l’Ifasic en outils et logiciels actuels de traitement d’images et de son ;
  • Insister sur la formation en création des entreprises et management par incubation ;
  • Insister sur l’écriture et les pratiques publicitaires, un domaine peu exploré par les anciens de l’Ifasic ;
  • Réajuster le programme ;
  • Approfondir la réflexion sur la création d’une école de journalisme en dehors de la formation en communication.

Intervenant dans le cadre de ce forum, le Président des anciens de l’Isti-Ifasic a salué cette initiative qui permet aux aînés d’interagir avec les étudiants actuellement en formation.

Honoré Mulangu a également tenu à remercier les autorités académiques de l’Ifasic pour la passerelle qui vient d’être jetée entre les anciens et leur Alma mater. Il a terminé son propos en invitant les anciens de l’Isti-Ifasic à réfléchir sur la nécessité de dynamiser leur association. Une rencontre sera organisée à ce sujet.

En somme, ce colloque aura eu le mérite d’arrêter le temps  à l’Ifasic. De mémoire d’observateur, on n’a jamais vu autant d’anciens venir à l’Ifasic, rendre témoignage et échanger avec les jeunes gens en formation. Des visages emblématiques de la première génération tel que Atufuka Mbunze (Promo 1), Nyangi Lelo (Promo 1), Sapu Kazadi (Promo 1) , Kalenda Kabokoboko (Promo 1), Munzimba Diela (Promo 3) , Ben Klet Kankonde (Promo 2), Paul  Kabalibali (Promo 1) , Fwassa Tombisa (Promo 7), Chantal Kanyimbo (Promo 11), Mulamba Kalala (Promo 8), Damien Baita (Promo 7) … ont partagé leur expérience avec leurs cadets scientifiques.

En marge du colloque, le Patriarche Malembe Tamandiak, Père-fondateur de l’Isti-Ifasic, n’a pas caché sa joie de voir tant d’anciens revenir au sein de leur  Alma  mater. Aussi  a-t-il  saisi l’occasion pour rappeler les circonstances de la création de l’Isti et en appeler aux anciens pour soutenir leur école dans le cadre d’une association bien organisée. 

La clôture du colloque a été assaisonnée par une bonne dose de chronique (spécialité Isti-Ifasic) alimentée particulièrement par Paul Malembe Tamandiak, Honoré Mulangu, François Budim’bani, Jean-Chrétien Ekambo et Rigobert Munkeni Lapess.