Samedi 19 octobre 2019, une nouvelle date qui fera désormais date dans les annales de l’IFASIC qui vient de vivre sa vingt-deuxième soutenance de thèse de doctorat. Le Chef de travaux Felix Dilubenzi Mulemvo a soutenu sa thèse intitulée : Information comme bien premier. Esquisse d’une sociologie de la réception dans la ville de Kinshasa. Sentence du jury : Travail reçu avec la mention Grande Distinction. En sa qualité de Président de la séance, le Recteur de l’IFASIC, Professeur Rigobert Munkeni Lapess a conféré le grade de Docteur en sciences et techniques de l’information au candidat précité.

Pendant près de deux heures et devant une assistance nombreuse et en haleine, le jury composé des professeurs Vicky Elongo (Président), Jean Claude Matumweni Makwala (Promoteur), Paul Okomba Wetshisambi, Crispin Makelele Solo, Godefroid Elite, Jean Onaotsho et Fidèle Makiese a apprécié à sa juste valeur cette dissertation doctorale fondée sur la conviction laquelle le concept Information (comme bien premier) frappe, séduit et attire la curiosité. D’où la nécessité d’un éclairage plus minutieux, a relevé l’auteur.Par soucis de méthodologie,le chercheur a organisé son travail en trois parties, à savoir : le cadre conceptuel et théorique, le cadre empirique ainsi que la vérification de l’hypothèse sous le titre « Accessibilité à l’information dans la ville de Kinshasa, contraintes et enjeux ».

Un travail original, pertinent et cohérent a-t-on entendu tout au long de cette  séance publique particulièrement animée et marquée par pugnacité du jury et la très remarquable verve oratoire de Félix Dilubenzi.

A travers ce travail que le Professeur Emérite Okomba a qualifié de thèse aristotéticienne, l’auteur interroge la société à travers le questionnement sur le comment on peut bâtir un homme nouveau si celui-ci ne peut accéder à l’information. Dans sa démarche,Dilubenzi passe par l’appropriation de la pensée de John Rawls. Sous ce lien le résumé de la thèse